« Les SDF – Ses Domiciles Fixes »

Article publié par Florence lautrédou le 29/09/2010 à 22:06
Catégories : L'esprit des lieux
Tags : blog, florence, florence lautredou blog, lautredou

Vous est-il arrivé, couple institué et installé dans le même foyer, d’envier les aventureux SDF – les Ses Domiciles Fixes? Ces bienheureux qui partagent et se partagent deux domiciles, le leur et celui de leur compagnon ou compagne? Ils passent de l’un à l’autre avec aisance, chargé de quelques affaires, répandant quelques menues traces de leur influence dans le lieu de l’autre – le volume desdites traces étant en corrélation avec la viabilité de la relation. Ils se replient en cas de tensions,- vite retrouver son quant-à-soi dans SES murs – pour mieux se retrouver avec une passion que le quotidien n’affecte pas.…. Ainsi rêvera, un soir de grande solitude, le co-habitant contemplant d’un œil morne son « foyer » usé. Et pourtant !

Première réflexion: l’arrangement perd ses charmes quand il y a enfants, c’est-à-dire foyer séparé certes mais non vacant, car peuplé d’une progéniture génétiquement distincte. Il est saturé d’une famille par essence étrangère, voire d’un passé si le lieu était celui du quotidien familial avant le divorce. Sensation nette alors: vous n’avez pas votre place.

Seconde réflexion; la transhumance, charmante, fantasque, voire imprévue au départ, s’avère rapidement laborieuse quand il s’agit d’anticiper l’intendance au fil de la semaine: oubli d’une ceinture, d’une paire de lunettes de soleil ou du produit lentilles, et l’existence s’alourdit d’une gestion matérielle qui écrase peu à peu les élans du cœur.

Troisième réflexion: à force d’osciller entre les lieux, l’investissement sur le camp de base s’affaiblit et ce dernier l’exprime: frigo en déshérence, canapé maussade, ampoules qui cessent de fonctionner, plomberie qui renâcle, impression de froid dans les pièces… Le lieu se venge à sa façon. Au final le transhumant risque de se retrouver flottant entre son lieu muré de déception et l’autre, non investi ou carrément hostile, si passif conjugo-familial encore présent.

Enfin, la longévité de cet arrangement bipolaire repose souvent sur le choix d’une superficialité, assumée ou non. Le principe d’apparition ou de figuration ponctuelle qui le constitue n’augure pas forcément d’une profondeur ni d’une transparence des cœurs. L’intimité, cette brèche dans le rempart de son quant-à-soi, découle du temps, de l’apprivoisement progressif de l’étrangeté de l’autre. Les SDF n’en effleureront que le rivage, vagues sans cesse repoussées vers l’océan de leur solitude

Le pionnier, lui, abandonnera ce flux et reflux des deux lieux pour n’en choisir qu’un seul: un foyer, domicile fixe et par essence partagé. Avec un peu d’imagination, il en fera son île. Et la bonne nouvelle, c’est qu’avec constance et conviction, beaucoup !, il en goûtera les trésors. Indicibles….

A jeudi !

Copyright © 2017 - Solution de création de sites Internet éditée par EPIXELIC - Administration - webgreen